Shanghai.jpg
canton enfants.jpg
korowai.jpg
ladakh hemis.jpg
yunnan dai.jpg
yunnan yuanyang.jpg
previous arrow
next arrow
 
 
 

Chang Tang

modifié le vendredi 3 juillet 2015

Le Chang Tang (Chang Thang), est la région du plateau tibétain ou l'altitude moyenne est la plus élevée, peu pluvieuse mais aux hivers rigoureux. Le peuplement est faible à inexistant dans cette région désertique.

région de Coqen
À l'ouest s'étend le Ngari (N'Gari), frontalier du Ladakh, qui fut le siège de royaumes indépendants absorbés ultérieurement par le Tibet. La densité de population n'y dépasse pas 0,23 hab./km2. Au nord la préfecture de Ngaqu est encore moins habitée.

De grands fleuves comme l'Indus et le Brahmapoutre prennent leur source près de la première montagne sacrée des asiatiques :le Mont Kailash

Le Chang Tang est la région la plus sauvage du Tibet. La haute altitude (+ de 5000m) rend la vie très rude. La majorité des Tibétains y vivent dans des conditions difficiles.

Durant l'été, les Drokpas, s'installent sur le plateau avec leurs tentes en poil de Yak

Les populations sont essentiellement des nomades (les Drokpas) qui vivent de l'élevage du Yack et des chèvres tchang-ra produisant le pashmina. (le "duvet" de laine servant la confection des Cachemirs). Le Changtang regorge de nombreux lacs les plus hauts du globe dont on extrait le sel en grande quantité. C'était autrefois la monnaie d'échange des caravaniers qui descendaient au Népal, vers le sud à travers les hautes vallées himalayenne:  le Dolpo ou le Mustang en particulier

Ils sont particulièrement farouche et difficile a photographier

La haute vallée de la Sutlej (affluent de L'Indus) qui parvient à traverser l'Himalaya, fut jadis le foyen d'un royaume maintenant oublié : le royaume du Gu Ge

Rubrique(s) : Plateau Tibétain ,

en savoir plus sur ...

Minorités (définition)

Une minorité se définie dans un contexte,  non de manière absolue. Elle peut être analysée par rapport à de la population d’une nation, d’une zone géographique, du point de vue des religions, des langues, de la culture ou de la race, de la couleur de peau, des liens de parenté…

L’appréciation en est variable selon le lieu et l’époque.

La supériorité du nombre est vue comme une hiérarchie, une supériorité de la majorité. Dans l’histoire il est peu d’exemple de minorités qui n’aient pas été marginalisées, persécutés, assimilés de force, voire physiquement éliminées.

La minorité ne l’est cependant pas toujours en nombre. Le colonisateur considéra souvent les indigènes comme des races inférieures.

La constitution des états nation moderne à souvent contribué à les révéler et à en aggraver le sort par rapport à la relative tolérance observée autrefois par les Empires. (Comme l’était les Ottomans ou les Austro-Hongrois par exemple)

La définition des  minorités dépend des stratégies de la minorité elle-même, soit par son rôle géopolitique, économique, culturel. (Les juifs, les Arméniens,Touareg…)

Une minorité est aussi une catégorie sociale définie par discrimination : les homosexuels, les femmes, les gens du voyage.

Tribu

Agglomération de familles vivant dans la même région, ou se déplaçant ensemble, ayant un système politique commun, des croyances religieuses et une langue communes, et tirant primitivement leur origine d'une même souche.

retrouvez nous sur

facebook

Recherche par aires géographiques

Recherche par civilisations

Recherche par familles de langues

Recherche par religions

Recherche par pays

Annuaire

qui est en ligne?

Nous avons 344 invités et aucun membre en ligne