previous arrow
next arrow
Slider
 
 
 

Les fondements de la civilisation Hindou

modifié le samedi 14 mars 2020

L’Hindouisme, n’est pas qu’une religion, n’est pas qu’une organisation sociale, n’est pas que porteur de valeurs et de spéculations philosophiques (métaphysique), mais est le tout à la fois dans une imbrication totale. Les disciplines ne sont pas compartimentées comme chez nous.

Du point de vue religieux :

Sans clergé, sans Eglise, chacun pratique ses dévotions de la religion Hindou à sa façon, devant le panthéon qui lui convient (et le choix est vaste). Cela n’exclue pas les grands rassemblements, processions et pèlerinages de masses mais avec peu de grandes cérémonies structurées. Si c’est avec le concours de Brahmanes, initiés aux rituels, que les dévotions sont faites, elles sont pratiquées essentiellement individuellement, ou par petits groupes familiaux.

Pour les plus avertis, les textes sacrés (vieux de plus 3500 ans) abordent les sujets les plus ésotériques dans un extraordinaire œcuménisme qui surpasse toutes les autres concepts religieux de la planète. Des thèmes y sont abordés comme celui de la création de l’univers, aussi bien physique que psychique, dans un espace-temps cyclique et non linéaire comme pour nous (où le temps va d’une origine à une fin).

Thumbnail image

Du point de vue philosophique :

Les textes les plus anciens, les védas, portent déjà en eux tous les fondements des spéculations philosophiques. Le monde est un éternel recommencement et rien n’échappe à la loi naturelle immuable qui garantit les grands équilibres cosmiques.

L’ensemble du « connaissable », a déjà été entièrement donnée, révélé. Il l’a été de tout temps et les hommes se doivent de ne pas perdre l’intelligence de ce précieux dépôt. Tout a déjà été pensé, réfléchi, dit. Il n’y a pas de progrès utile ou possible. La production philosophique est donc une littérature de commentaires, de commentaires de commentaires, etc.

Pour le penseur indien, (le Brahmane) la connaissance ne s’approfondi pas comme occident selon les  deux domaines du spirituel (la foi) et  du matériel,  mais selon deux orientations différentes, le visible et l’invisible.  Il dispose de deux moyens de d’accès adaptés : la perception et la révélation.

 

lectures philosophiques?

Du point de vue social :

Dans  une société hiérarchisée par le système des castes, si chacun existe, certes selon son Karma (et la loi de la réincarnation), il n’est qu’un élément d’un ensemble respectant la loi fondamentale du  Dharma (celle des grands équilibres de l’univers). Il y a un « soi » : l’âme (l’atman), il n’y a pas de « moi » et de recherche d’un bien être personnel.

 

Rubrique(s) : Civilisations Hindoue , | Hindouisme ,

en savoir plus sur ...

Développement (humain)

Processus sociaux, créé par opérations volontaristes.

Les religions, les langues, le patrimoine culturel sont des éléménts participants au développement humain.

Le Développement humain en économie est un facteur du développement des sociétés. L'Indice de développement humain (IDH) permet de l'évaluer

L'indice de développement humain (IDH) est un indice statistique composite, créé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en 1990 pour évaluer le niveau de développement humain des pays du monde. L'IDH se fonde sur trois critères : le PNB par habitant, l'espérance de vie à la naissance et le niveau d'éducation.

jeune filles de l'ethnie des Bajo en Indonésie en période de Ramadan

Ethnies - (def.)

Groupement humain, uni selon des critères culturels variés : organisation familiale (appartenance à un clan), utiliser une langue commune, partager des pratiques religieuses, partager des modes de subsistance, répondre a des traits raciaux, habiter sur un territoire reconnu…

Il en aurait été recensé plus de 12 000 dans le monde.

femme de l'ethnie des Himba (Namibie)